Propreté des rues : L'équipe DELANOE choisit sans succès la répression

Publié le par Heco (pourtant non fumeur !)

Après s'en être pris aux automobilistes, Yves CONTASSOT s'en prend maintenant aux fumeurs amenés à fumer devant les immeubles de bureau, les lycées, les restaurants et autres lieux publics du fait des interdictions connues de tous. La raison de cette colère est simple, les fumeurs abandonnent leurs mégots devant ces lieux au lieu de les jeter dans des bacs appropriés et cela Monsieur CONTASSOT ne le supporte plus : "il faut que chacun se responsabilise, il n'est plus tolérable de voir des piles de mégots au pied des immeubles de bureau". Mais la question que ne se pose pas Monsieur CONTASSOT, qui ne doit également pas fumer, est de l'existence ou pas de bacs appropriés pour ces mégots, c'est à dire des receptacles résistants notamment au feu. Il est en effet inenvisageable d'abandonner un mégot dans une poubelle plastique ....

Cette affaire est proche de la circulation automobile du fait de la méthode employée car la Mairie dénonce, entrave et sanctionne sans au préalable déployer des solutions alternatives.

Toujours est-il que les menaces de sanctions se concrétisent de plus en plus ... car les 300 agents de la Ville de Paris chargés de la répression ont distribué depuis début 2006, 23071 amendes pouvant aller jusqu'à 183 €, pour 36871 Pv en 2005. Des chiffres en hausse de 71 % par rapport à 2001.

De mauvais résultats selon les Parisiens :

Selon un sondage, 53 % des Parisiens estiment qu'il y a aujourd'hui autant de déjections canines alors que le nombre de toutous a diminué de ... 22 % depuis 2001.

 

 

 

 

Publié dans A Pieds

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article