Forum pour un Paris Gagnant : Françoise de PANAFIEU présente son diagnostic

Publié le par L'équipe de rédaction

Citations reprises des déclarations de Françoise de PANAFIEU

"

- Le climat actuel est plus idéologique que pragmatique

- La mobilité n'est plus assurée à Paris

- Il faut convaincre et non contraindre

- Si les noeuds de circulation se grippent, Paris s'enferme

- Il est necessaire de lutter contre toutes les pollutions

- Ce qui est exigé des voitures, doit être exigé des deux roues par exemple concernant les pots catalytiques.

"

Le diagnostic de l'équipe de Françoise de PANAFIEU présenté le 18/11/06

 

Sens et contresens de la politique municipale

La politique mise en oeuvre depuis 2001 par le Maire de Paris est résolument dirigée contre la voiture individuelle qu'il s'agisse de celle des Franciliens ou des Parisiens. Initiée sans aucune concertation, cette politique s'est traduite symboliquement, dès l'été 2001, par l'aménagement de couloirs de bus élargis à 4.50 mètres et par des espaces dits "civilisés".

Un contresens en matière de lutte anti-pollution

Cette politique, que le Maire de Paris justifie par la lutte contre la pollution atmosphérique, n'a pas atteint son objectif, car les encombrements générés par l'entaseement des véhicules et la vitesse réduite génèrent une pollution beaucoup plus importante, de jour comme de nuit.

Un contresens économique

Tout en augmentant de près de 20% les coûts de livraison des marchandises à Paris, cette politique a entraîné une baisse significative du chiffre d'affaires des commerçants situés le long des couloirs de bus ou des "espaces civilisés", là où toute possibilité de stationner a été supprimée.

Des aménagements potentiellement dangereux

Tout en dressant les utilisateurs de la voirie les uns contre les autres, cette politique a malheureusement contribué à susciter davantage d'accidents, notamment sur les boulevards Saint-Marcel, de Port Royal ou Montparnasse où la non simultanéité des feux tricolores constituent des pièges mortels pour les plus faibles de nos concitoyens (enfants et personnes agées).

Des pistes pour demain : moins de voitures, mieux de voitures

Nous préconisons un audit des aménagements réalisés, des dépenses engagées et des résultats obtenus.

Nous voulons travailler en commun avec les Communes périphériques afin de définir ensemble nos demandes en matière de transports en commun et de parcs de stationnement-relais.

C'est par une politique concertée et cohérente que nous réussirons à diminuer la pression de l'automobile dans la Région capitale.

Nous respecterons le droit des Parisiens à posséder un véhicule et à le garer près d eleur domicile tout en favorisant le développement d'une utilisation différente de la voiture et celui des véhicules moins polluants (dévelopement du covoiturage, location facilitée ...).

Nous aurons sur les questions de transport et de circulation une attitude pragmatique, cherchant à utiliser les expériences réussies des grandes villes européennes et ouvrant la piste de réflexions sur une régulation du trafic, notamment en fonction du degré de pollution des véhicules.

A l'opposé de la politique dogmatique et autoritaire de l'actuelle Municipalité Parisienne, nous voulons mettre en oeuvre une politique incitative, efficace et concertée.

Publié dans Conseil de Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delanouille 20/11/2006 18:45

D'accord avec tous ça; j'ajouterais qu'il faut rapidement virer ces écolos-fachots qui parasitent la mairie et sont parvenus à capter le pouvoir...