Saint Marcel : La douleur fait place à la colère

Publié le par L'équipe de rédaction

Il ne veut pas qu'elle « soit décédée pour rien ». Après la mort accidentelle de France Bruant, 27 ans, sur la chaussée parisienne, Primaël, son mari, va porter plainte aujourd'hui contre Bertrand Delanoë et Denis Baupin, son adjoint (Verts) chargé des Transports. Il les accuse de « faire passer les idéologies politiques avant la sécurité des gens ». La victime, sous-officier de l'armée de terre, a été fauchée par une voiture le 8 novembre sur le boulevard Saint-Marcel (5e), réaménagé par la municipalité en « espace civilisé », avec couloirs de bus en double sens. C'est le deuxième accident mortel depuis septembre à cet endroit, où l'on dénombre aussi une trentaine d'accidents depuis le début de l'année.

Hier, Primaël a décidé de sortir de l'ombre pour faire entendre sa colère. Contre le conducteur du véhicule tout d'abord, « qui a sa part de responsabilité », mais aussi contre la Ville, qu'il estime tout aussi fautive. « Les arrondissements s'étaient farouchement opposés à ces aménagements. Mais la Mairie ne les a pas écoutés, elle s'est fermée comme une huître. » En mars, Bertrand Delanoë reconnaissait des anomalies dans la signalétique de cet axe et annonçait sa modification « profonde », « pour la rendre plus compréhensible et améliorer la sécurité des piétons ». Les travaux ont eu lieu au printemps. Insuffisants à sécuriser l'axe, selon le plaignant.

A la Mairie, le porte-parole de Bertrand Delanoë « comprend la douleur » de Primaël, mais rappelle que « ce n'est pas parce qu'il y a un drame que l'on doit automatiquement en conclure que c'est la faute des aménagements, la corrélation n'est pas établie ». La préfecture de police lui a par ailleurs indiqué qu'il « semble que cet accident soit lié au fait que cette femme a traversé en dehors des clous ». « Et alors que le feu était vert pour les voitures », ajoute Denis Baupin. L'adjoint chargé des Transports rappelle que « les axes les plus accidentogènes à Paris sont ceux sur lesquels nous n'avons pas fait d'aménagements ». Mais il « comprend que ce monsieur ait envie d'exprimer sa colère, c'est légitime, quelles que soient les statistiques », conclut-il.

Magali Gruet (20 minutes)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AIM 15/06/2009 11:09

Bonjour,j'ai été témoin d'un violent accident vendredi 12 juin vers 11h15 à l'angle des boulevards Saint-Marcel et de l'Hôpital. Une jeune femme a été violemment percuté par un double bus articulé qui tournait vers le boulevard Saint-Marcel. La malheureuse a éclaté le pare-brise du bus et s'est retrouvée sous les roues du bus semi-inconsciente et hurlant par moment. La pauvre fille a traversé alors que le feu était vert pour la circulation, le chauffeur de bus n'est donc pas en cause, mais une nouvelle fois ce dispositif imbécile a fait une malheureuse victime. La marche du trottoir affleure totalement la chaussée. Un sentiment de dégoût et de rage m'a immédiatement pris. Je me suis approché pour être sûr que ce n'était pas ma fille sous les roues : un réflexe de père. J'apprends dans ce blog qu'il y a déjà eu de nombreux accidents dû à ce dispositif et que certains élus pourtant alertés par cet hécatombe cherchent des justificatifs et semblent rejetter la faute sur les victimes.Nous attendrons donc que l'un de leurs proches roule sous les roues d'un autobus, cela les fera peut-être bouger ou qu'un père fou de rage vienne les interpeller sur ce dispositif crétin. 

Thomas 21/02/2007 01:50

Ces gens là n'admettront jamais leur responsabilité.C'est la sottise et l'irresponsabilité incarnée.Une insulte à l'intelligence et à l'intérêt général.Jamais je n'aurais pensé dans ma prime jeunesse rencontrer de tels hérétiques...Vous savez pourquoi Baupin s'appelle de la sorte?...C'est en référence aux beaux pins utilisés pour confectionner les cercueils de ses victimes!Thomas, enfant du cinquième...