Les associations de cyclistes bientôt en rupture de ban avec l'équipe DELANOË ?

Publié le par L'équipe de rédaction

Notre document : Morceaux choisis d'échanges entre les responsables d'associations cyclistes. La mairie aurait-elle perdue ses alliés de la première heure ?

" il me semble que nous sommes arrivé dans une impasse et
que la consultation des associations vélos par la municipalité ne rime
plus à rien.

Du coup, je me demande s'il ne serait pas temps pour les associations
vélo de taper du poing sur la table et de demander à la municipalité
d'assumer ses choix : soit elle tient compte du point de vue des assoces
consultées soit elle arrête de convoquer un "comité vélo" sans aucune
influence sur ses choix.

Personnellement, il me semble qu'une démission collective et publique
des principales associations parisiennes du "comité vélo"
obligerait,
enfin, la municipalité a être claire sur sa pseudo-démocratie
participative...
  "

 " Moi non plus, je ne suis pas partisan du "tout ou rien". Moi aussi, je
connais parfaitement les bonnes raisons de participer au comité vélo.
Moi non plus, je ne suis pas pour la dictature de la minorité. Moi
aussi, je sais bien l'intérêt général est plutôt du côté du compromis.

Mais, la question ne me semble pas celle-ci. En fait, il y a deux
questions :

* une spécifique, sur les Maréchaux : l'adjoint au Maire nous a juré ses
grands dieux qu'il nous avait compris et entendu, qu'il a fait un mea
culpa (enfin, surtout en chargeant ses collaborateurs...) et reconnu que
le dossier avait été mal mené... malgrès tout ça, on nous annonce
tranquillement que les mêmes erreurs seront refaites sur le T3,
qu'aucune leçon n'a été tiré du chantier précédent... Franchement, vous
avez pas l'impression qu'on se fout de notre gueule ?

* une général, sur la participation : la sociologe Sherry Arnstein a
établi en 1969 une sorte d'échelle de ce qu'on appelle la participation.
Cette échelle comporte huit degrés et trois niveaux :
le 1er niveau, la "non-participation" comprend deux degrés : 1/ la
manipulation et 2/ la thérapie
le 2e niveau, la "coopération symbolique", a trois degrès : 3/
l'information, 4/ la consultation et 5/ la réassurance
le 3e niveau correspond au pouvoir effectif des citoyens : 6/ le
partenairat, 7/ la délégation de pouvoir et 8/ le contrôle citoyen
Clairement, à mon sens, le comité vélo a toujours été de niveau deux :
entre, au mieux, la réassurance ("autoriser ou même inviter les citoyens
à donner des conseils et à faire des propositions mais en laissant ceux
qui ont le pouvoir seuls juges de la faisabilité ou de la légitimité des
conseils en questions") et, au pire, la consultation.
Le problème, à mon sens, c'est qu'on est actuellement en train de
descendre au degrés de l'information, c'est-à-dire le flux à sens
unique, sans mise en place de canaux assurant le feed back.
Autrement dit, la qualité de la participation se dégrade. Dans ce
contexte, il me semble essentiel que les assoces tapent du poing sur la
table et exigent une participation de meilleure qualité.

Vélorutionnairement,

XXX ""

Sources : forum associatif MDB

Publié dans En Vélo

Commenter cet article