Tramway : Positivons !

Publié le par L'équipe de rédaction

Des débuts encourageants. Bien sûr, hier matin, tout n'était pas encore parfait pour les grands débuts du tramway un jour de travail. Porte d'Orléans, un agent de la RATP admet : « On a un délai moyen d'attente de huit minutes, alors qu'il devrait être de quatre. Mais on est encore en rodage. » En distribuant des prospectus d'explications, les agents de la RATP offrent des chocolats siglés tram, qui adoucissent l'attente. D'autant qu'autour, la situation est moins noire que le chocolat. « Vu comme on s'est galéré avec les travaux, les embouteillages paraissent normaux », explique un automobiliste qui patiente au feu rouge. « C'est moins terrible que ce que je craignais. Et puis ça dégage la vue », sourit un autre. Une femme tempère : « J'ai mis un quart d'heure rien que pour venir de Montrouge. » Mais c'est alors un chauffeur du bus, celui de la ligne 295, qui vient au secours du tram : « Ça roule mieux sans les PC. »

Des agents de circulation ont été réquisitionnés pour fluidifier le trafic. L'un d'entre eux se plaint des piétons « indisciplinés », qui traversent quand ce n'est pas leur tour. A la descente du tram, l'humeur est bonne : « C'est tellement plus silencieux que le métro » ; « Ça s'intègre bien dans le paysage urbain » ; « J'ai mis deux fois moins de temps que d'habitude pour venir de la porte d'Italie », se réjouit une troisième.

Preuve du succès, à 8 h 30, les rames sont bondées et les portes se ferment difficilement. A 9 h, le trafic automobile devient fluide. Mais comme le dit un chauffeur de bus : « Le lundi, il y a toujours moins de circulation. Il faut revenir demain, et surtout dans trois semaines, pour un premier bilan. »

Michaël Hajdenberg (20 minutes)

Publié dans En Tram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article